Comment Traiter la circulation sanguine en naturopathie ?

Le corps humain contient des milliers de vaisseaux sanguins. Ils permettent au sang de circuler partout dans le corps aidé par le cœur et les muscles. Mais lorsque ce système fonctionne mal, il ralentit ou bloque cette circulation sanguine. Les cellules ont du mal à obtenir l’oxygène et les nutriments dont elles ont besoin. Ces symptômes peuvent affecter la qualité de vie d’une personne et provoquer de graves complications. Il est donc important de consulter un médecin si vous présenter des troubles sanguins.

Causes courantes de troubles circulatoires :

Mauvais capital veineux, ou hérédité, les troubles circulatoires sont dus à un ralentissement important de la circulation sanguine et lymphatique. (et non pas, seulement, de la circulation veineuse). Ce ralentissement est dû à une souffrance hépatique et à un épaississement du sang. Quand le sang est épais et circule mal, il est bien souvent lié à un mode existentiel anti-biologique (sédentarité, alcool, tabac, drogues, noctambulisme, abus orgasmiques, médications diverses, etc.).

Eviter les troubles circulatoires :

L’alimentation joue un rôle essentiel dans la santé sanguine de votre corps. Les conditions de notre vie moderne sont autant de facteurs qui favorisent les troubles circulatoires : alimentation déséquilibrée et appauvrie en éléments vitaux, surcharges pondérales de plus en plus fréquentes, exposition à la chaleur, mauvaises habitudes comportementales.

Conseils simples a suivre :

  • hydratation: l’eau de source est a privilégier ou eau filtrée
  • éviter de trop boire avant le coucher en cas de rétention d’eau
  • éviter les excitants : café, alcool, soda, tabac et boire trop chaud
  • boire des jus de légumes maison : carotte, betterave, pomme douce, fenouil, gingembre
  • diminution des glucides (produits raffinés, pain, pâtisseries)
  • augmentation des fruits et légumes frais de saison (crus et cuits)
  • consommation de bonnes huiles : olive, colza, noix
  • consommation des fruits oléagineux : amandes, noix, noix du Brésil, noisettes
  • consommation d’ail, d’oignons et herbes aromatiques pour fluidifier le sang
  • diminution des viandes, charcuteries et fromages au profit du poisson et des œufs
  • cuisson douce à la vapeur
  • Le bouleau sera utilisé pour remédier à la rétention d’eau et les œdèmes.
  • Quelques plantes utiles et favorables : le pissenlit, la sauge, le cyprès, la vigne rouge, le sorbier (tonifie les parois veineuses et régule la circulation du système veineux), le marron d’inde, le gui, la petite Prêle, le petit-houx  (protecteur vasculaire), la myrtille (tonique veineux), et l’extrait de pépins de raisin (en cure).
  • les bourgeons de châtaignier sont un excellent draineur du système lymphatique, principalement au niveau des membres inférieurs.
  • Oligo-éléments : Manganèse-Cobalt préconisé dans les troubles veineux des membres inférieurs et les œdèmes des chevilles.
  •   L’hydrothérapie est favorable à la circulation (eau froide) ,mais rien ne vaut les bienfaits de la mer !
woman-legs-relaxation-beauty

Soins naturopathiques des troubles vasculaires :

Si vous présentez des troubles vasculaires, la naturopathie peut être un moyen de vous soulager. Dans un premier temps, éliminer de votre alimentation les faux aliments et les fausses boissons et en les remplaçant par des vrais : la ration journalière doit être composée de 60 à 65% de fruits crus, de 20 à 25% de crudités végétales, de 5 à 10% de protéines attention à la cuisson (viandes, poissons, œufs, coquillages, crustacés). Le tout soigneusement mastiqué. Les fruits constituent un repas exclusif, à eux seuls. On doit les consommer 6 à 7 heures après avoir consommé des repas protéines (comportant uniquement crudités crues et une protéine).

pexels-photo-1021145

Pratiquer tous les jours, durant 40 à 45 minutes, une activité physique à base respiratoire et sudorifique ( suivant vos capacités, une simple marche active d’une bonne demi-heure est un bon geste simple). Travaillez la respiration profonde et totale (cohérence cardiaque,yoga…). Travaillez vos abdominaux, favorisera l’activité intestinale. (massage des organes internes).

La sur-oxygénation des tissus est indispensable pour oxyder les déchets sanguins et lymphatiques et, conséquemment, pour re-vitaliser le cerveau, les systèmes nerveux, central et autonome. On peut, en Institut, se faire administrer, en intra-musculaire, du super-ozone (dénué de peroxyde d’azote, toxique) qui sur-oxygène les tissus et qui, de ce fait, permet d’obtenir des résultats spectaculaires.

Pratiquer, une fois par semaine (dans les débuts) ou une fois par mois, un drainage intestinal intense, entraînant une grande accélération du transit intestinal visant à obtenir une diarrhée salvatrice. J’ai essayé, avec succès, le complément nutritionnel EFFIDRAINE Nova’Dyn, qui draine vraiment, sans entraîner de coliques.
On peut ajouter du sirop de radis noir cru NOVA’DYN, en complément nutritionnel qui stimule l’activité et la vidange de la vésicule biliaire, donc l’épuration du foie.

Massez quotidiennement  les jambes, pensez à les surélever (1h par jour, surélevé également le bas du lit) vous pouvez utiliser divers produits d’hygiène corporelle, à base d’huiles essentielles 100% pures et d’origine végétale comme le Polyvarom par exemple.

Les Huiles Essentielles végétales bio-disponibilisées sont assimilables par la peau et sans danger. De plus, elles apportent à l’organisme des charges anioniques considérables permettant la revitalisation des vaisseaux sanguins, du système nerveux, du sang, notamment.

Il est important de vous faire suivre médicalement et ensuite par le thérapeute de votre choix si votre démarche concerne une médecine naturelle.

pexels-photo-2602628


Références : 

1 – Floury NC, Guignon N, Pinteaux M. La société française, Données sociales. Editions INSEE, Paris 1996.

2 – Avram J Les taux de superoxyde dismutase et de glutathion peroxydase dans le sang des saphènes variqueuses. Phlébologie 1999, 52, 2, 155-9.

3 – Louisy F. Action des radicaux libres oxygénés sur les parois veineuses. Nutritions 2004, 6, 21-25.

4 – Pecking A. et coll. Oligomères procyanidoliques : une alternative médicale dans le traitement du lymphœdème. Art et Veines 1989, 4, 8, 14-19.

5 – Christie S., Walker A.F. and al. Flavonoïdes, a new direction for the treatment of fluid retention. Physiother Res 2001, 15, 467-475.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *