Le yoga et les arbres

L’arbre, il est un symbole universel, lieu sacré, l’homme s’est identifié aux arbres. L’arbre de vie, représente l’ensemble de la vie manifestée, le jeu du principe subtil de la vie à travers nous et à travers le monde qui nous entoure. Le yoga invite à l’immobilité de l’arbre, mettre un terme à l’agitation qui nous trouble et nous disperse.

pexels-photo-142497

BKS Iyengar disait : “Pour faire pousser une plante, on creuse d’abord le sol, on enlève les cailloux et les mauvaise herbe puis on ramolli la terre. Puis, on enfouit la graine et on l’entoure avec de la terre molle, si délicatement que quand la graine s’ouvrira elle ne sera pas endommagée par le poids de la terre. Enfin, on arrose un peu la graine et on attend qu’elle germe et pousse. Quand la tige s’est formé, au bout de deux jours, elle se divise en deux branches et produits des feuilles. Elle se développe régulièrement jusqu’a devenir un tronc et produit des branches dans diverses directions avec de nombreuses feuilles.”

Dans l’expérience de la contemplation de l’âme on distingue ce qui est permanent et ce qui ne l’est pas, l’arbre du soi nécessite des soins, car il est la base du soi et de la stabilité de son être.

pexels-photo-38136

Quand on évoque le yoga, on retrouve souvent l’image de l’arbre. Symbole naturel de l’union : Terre et ciel, haut et bas, matière et esprit, le dense et l’aérien.

L’axe principale de l’arbre, par sa simplicité est juste, solide. Il est enraciné pleinement et s’étire de bas en haut, il affirme la complémentarité des contraires.

Posture de l’arbre : VRIKSHÂSANA (l’arbre)

L’arbre est une posture debout, bien connue des pratiquants de yoga. C’est une posture d’équilibre qui amène à la concentration, elle ramène l’esprit dans le moment présent. L’énergie circule du pieds d’appui vers la hanche. La respiration est calme dans la posture, elle a de nombreux bénéfices : renforce le dos et les abdos, ouvre la poitrine et assouplit les épaules. L’intérieur de la cuisse et l’aine s’ouvrent en permettant aux articulations des hanches, genoux, chevilles de se renforcer. La posture de l’arbre stimule le système nerveux et l’activité cérébrale.

Yama : racine de l’arbre

La maîtrise des asanas et du pranayama permet de détacher le mental de son contact avec le corps, ce qui mène automatiquement à la concentration et à la méditation. Les branches de l’arbre sont toutes recouvertes d’écorce. Sans la protection de l’écorce, l’arbre serait mangé par les vers. Cette enveloppe protège l’énergie qui circule à l’intérieur de le l’arbre entre les feuilles et la racine. L’écorce correspond donc à pratyahara, qui est le déplacement des sens vers l’intérieur, de la peau jusqu’ au centre de l’être.

La sève de l’arbre, le suc qui véhicule l’énergie pendant ce voyage intérieur, c’est dharana. Dharana est la concentration, la focalisation de l’attention sur le centre de l’être.

Le suc de l’arbre, ou sève, relie l’extrémité de la feuille à l’extrémité de la racine. La méditation donne d’éprouver cette unité de l’être depuis la périphérie jusqu’ au centre, où l’observateur et l’objet observé ne font plus qu’un. Quand l’arbre est en bonne santé et la provision d’énergie abondante, alors s’épanouissent les fleurs. Ainsi dhyana, la méditation, est la fleur de l’arbre du yoga.

Enfin, quand la fleur se transforme en fruit, c’est ce qu’on appelle samadhi. De même que la substance de l’arbre est dans le fruit, la substance de la pratique du yoga est dans la liberté l’équilibre, la paix et la béatitude de samadhi, où le corps, le mental et l’âme sont unis et se confondent avec l’esprit universel.” BKS Iyengar

L’arbre et ses éléments:

Dans cette section, Iyengar reprend les 8 principes fondateurs du yoga qu’il replace selon la métaphore de l’arbre. Il inclus les huits éléments fondateurs du yoga :

  1. la régulation sociale (Yama)
  2. la discipline personnelle (Niyama)
  3. la pratique des postures (Asanas)
  4. le travail basé sur le souffle (Pranayama)
  5. la rétractation des sens (Pratyahara)
  6. la concentration (Dharana),
  7. la méditation (Dhyana)
  8. la réalisation de Soi (Samadhi) (l’arbre du yoga, BKS Iyengar)

Iyengar nous emmène à nous questionner sur nos intentions, et à observer la nature et le mouvement de nos pensées lors de la pratique sur le tapis.

L’arbre se laisse porter, oscille, se balance, se contorsionne, vacille, tantôt immobile tantôt bercé par la brise pour suggérer la légèreté. Parfois même bousculé par le vent et la tempête, pour suggérer la force extérieure.

Dans le yoga, l’arbre est maître, se tait et enseigne en silence. L’arbre nous invite au yoga par son silence. Par la posture, par l’arrêt du souffle et par l’écoute, se révèle ce silence-source qui est la sève de la vie auquel l’homme, par une pratique personnelle spirituelle, viendra puiser.

pexels-photo-3820379

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *