Jiddu Krishnamurti : sagesse et bienveillance exceptionnelles

Krishnamurti fut considéré dans le monde comme l’un des plus grands penseurs et professeurs de tous les temps. De sa rupture avec la Société théosophique en 1929 (discours de dissolution) jusqu’à sa mort en 1986, Krishnamurti a parlé à travers le monde à un large public et à des particuliers de la nécessité d’un changement radical de l’humanité. 

img_3532

En dehors de ses conférences et discussions, Krishnamurti initia des écoles en Inde, en Angleterre et aux Etats-Unis. Ces écoles fonctionnent toujours aujourd’hui.

Résumé de sa biographie :

Jiddu Krishnamurti est né le 11 mai 1895 à Madanapalle, une petite ville du sud de l’Inde. Lui et son frère ont été adoptés dans leur jeunesse par le Dr Annie Besant, alors présidente de la Société Théosophique. Le Dr Besant et d’autres ont proclamé que Krishnamurti devait être un enseignant du monde dont l’avènement des théosophes avait prédit. Pour préparer le monde à cette venue, une organisation mondiale appelée l’Ordre de l’étoile en Orient a été formée et le jeune Krishnamurti a été nommé à la tête.

img_3531

En 1929, cependant, Krishnamurti a renoncé au rôle qu’il était censé jouer, a dissous l’Ordre avec ses énormes adeptes et a rendu tout l’argent et les biens qui avaient été donnés pour ce travail.

Depuis lors, pendant près de soixante ans jusqu’à sa mort le 17 février 1986, il a voyagé à travers le monde pour parler à un large public et à des particuliers de la nécessité d’un changement radical de l’humanité.

Krishnamurti est considéré dans le monde comme l’un des plus grands penseurs et professeurs de religion de tous les temps. Il n’a exposé aucune philosophie ou religion, mais a plutôt parlé des choses qui nous concernent tous dans notre vie quotidienne, des problèmes de la vie dans la société moderne avec sa violence et sa corruption, de la recherche de la sécurité et du bonheur de l’individu et de la besoin pour l’humanité de se libérer des charges intérieures de la peur, de la colère, du mal et de la douleur. Il a expliqué avec une grande précision le fonctionnement subtil de l’esprit humain et a souligné la nécessité d’apporter à notre vie quotidienne une qualité profondément méditative et spirituelle.

Krishnamurti n’appartenait à aucune organisation religieuse, secte ou pays, et ne souscrivait à aucune école de pensée politique ou idéologique. Au contraire, il a soutenu que ce sont les facteurs mêmes qui divisent les êtres humains et provoquent des conflits et des guerres. Il a rappelé à ses auditeurs à maintes reprises que nous sommes tous des êtres humains d’abord et non des hindous, des musulmans ou des chrétiens, que nous sommes comme le reste de l’humanité et ne sommes pas différents les uns des autres. Il a demandé que nous marchions légèrement sur cette terre sans nous détruire ni détruire l’environnement. Il a communiqué à ses auditeurs un profond respect pour la nature. Ses enseignements transcendent les systèmes de croyance créés par l’homme, le sentiment nationaliste et le sectarisme. En même temps, ils donnent un nouveau sens et une nouvelle direction à la recherche de la vérité par l’humanité. Son enseignement, en plus d’être pertinent à l’époque moderne,

Krishnamurti a parlé non pas en tant que gourou mais en tant qu’ami, et ses discussions et discussions ne sont pas basées sur des connaissances traditionnelles mais sur ses propres idées sur l’esprit humain et sa vision du sacré, il communique donc toujours un sentiment de fraîcheur et de franchise.

Même si l’essence de son message est restée inchangée au fil des ans. Lorsqu’il s’est adressé à un large public, les gens ont estimé que Krishnamurti parlait à chacun d’eux personnellement, abordant son problème particulier. Dans ses entretiens privés, il était un enseignant compatissant, écoutant attentivement l’homme ou la femme qui venait vers lui dans la douleur, et les encourageant à se guérir par leur propre compréhension. 

Les érudits religieux ont découvert que ses paroles jetaient un nouvel éclairage sur les concepts traditionnels. Krishnamurti a relevé le défi des scientifiques et psychologues modernes et les a accompagnés pas à pas, a discuté de leurs théories et leur a parfois permis de discerner les limites de ces théories. Krishnamurti a laissé une grande quantité de littérature sous la forme de conférences publiques, d’écrits, de discussions avec des enseignants et des étudiants, avec des scientifiques et des personnalités religieuses, des conversations avec des particuliers, des interviews à la télévision et à la radio et des lettres. 

Beaucoup d’entre eux ont été publiés sous forme de livres et d’enregistrements audio et vidéo. et lettres. Beaucoup d’entre eux ont été publiés sous forme de livres et d’enregistrements audio et vidéo. et lettres. Beaucoup d’entre eux ont été publiés sous forme de livres et d’enregistrements audio et vidéo.

Extraits : Commentaires sur la vie, tome 1 / Krishnamurti 1956

“Le désir d’être est le commencement de la complexité. Poussés par le désir sans cesse croissant d’être, intérieurement et extérieurement, nous accumulons ou renonçons, cultivons ou refusons. Constatant que le temps engloutit toutes choses, nous nous raccrochons à l’intemporel.”

“Sous l’effet des perpétuelles frictions et des espoirs sans cesse déçus, ce qui était beau et simple devient effrayant et douloureux. Vivre avec nos semblables est chose difficile et complexe, et bien peu y réussissent sans dommage. Nous voudrions que nos rapports avec nos semblables soient stables, durables, alors qu’ils sont essentiellement mouvants ;
nous devons comprendre ce mouvement, profondément et pleinement, comprendre qu’il ne peut pas se plier à des règles intérieures ou extérieures.

La conformité, qui est la structure même de l’édifice social, ne perd son poids et son pouvoir que lorsqu’il y a amour. L’amour dans les rapports humains purifie l’individu car il lui révèle le fonctionnement du moi. Sans cette révélation, les relations entre les individus ne signifient pas grand-chose.
Mais comme nous luttons contre cette révélation! Cette lutte prend des formes diverses: domination ou servilité, peur ou espoir, jalousie ou consentement, etc. Malheureusement nous n’aimons pas, et, si nous éprouvons de l’amour, nous voulons qu’il agisse d’une manière déterminée, nous ne le laissons pas libre. Nous aimons
avec l’esprit et non avec le cœur. L’esprit peut changer, l’amour est immuable.

L’esprit peut se rendre invulnérable, mais l’amour ne le peut pas ; l’esprit peut toujours se retirer, être exclusif, devenir personnel ou impersonnel. L’amour ne peut être comparé ou enfermé. Tout le mal vient de ce que nous appelons amour, et qui en réalité relève de l’esprit. Nous remplissons nos cœurs de choses de l’esprit, et nos cœurs sont ainsi
toujours vides et affamés. C’est l’esprit qui s’attache, qui jalouse, qui possède et détruit. Notre vie est dominée par les centres physiques et par l’esprit. C’est le désir d’être aimé qui nous pousse à rechercher l’amour ; nous donnons pour recevoir, c’est là la générosité de l’esprit, non du cœur. L’esprit recherche sans cesse la certitude et la sécurité ; comment l’esprit pourrait-il avoir une certitude de l’amour? Comment
l’esprit, qui est enchaîné au temps, pourrait-il saisir l’amour, qui est sa propre éternité?
Mais même l’amour du cœur a ses propres pièges ; car nous avons tellement corrompu notre cœur qu’il est plein d’hésitations et de confusion. C’est cela qui rend la vie si pénible et si ennuyeuse. A peine croyons-nous avoir l’amour qu’il est déjà perdu. C’est qu’aussitôt intervient une force impondérable, qui ne vient pas de l’esprit, et dont l’origine est insaisissable. Cette force est à son tour détruite par l’esprit.

Car dans cette bataille l’esprit semble invariablement sortir vainqueur. Ce conflit qui se déroule en nous ne peut être résolu ni par l’esprit calculateur ni par le cœur hésitant.
Il n’y a aucun moyen pour faire cesser ce conflit. Le fait même de chercher un moyen de résoudre ce conflit est encore une ruse de l’esprit pour être le maître, pour écarter le conflit afin de connaître la paix, pour avoir l’amour, pour devenir quelque chose.
Le plus difficile est de réaliser pleinement que l’esprit ne doit pas rechercher l’amour. Lorsque nous avons réellement et profondément compris cela, alors il est possible de recevoir quelque chose qui n’est pas de ce monde.”

Plus d’informations sur la vie de Krishnamurti peuvent être trouvées dans les biographies écrites par Mary Lutyens et Pupul Jayakar.

5 Comments

  1. I’m truly enjoying the design and layout of your site.
    It’s a very easy on the eyes which makes it much more enjoyable
    for me to come here and visit more often. Did you hire
    out a designer to create your theme? Excellent work!

  2. Spot on with this write-up, I honestly feel this website needs a
    lot more attention. I’ll probably be returning to read through more, thanks for the advice!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *