La vitamine D en hiver, obligatoire ?

Vous l’avez entendu partout comme moi, c’est urgent et indispensable de prendre de la vitamine D tout l’hiver et pour toute la famille. Mais est-ce indispensable ? vraiment utile ? destiné à tous ? Je me suis largement documenté sur le sujet et voilà ce que j’en retire, libre à chacun de se faire sa propre opinion.

Recommandations vitamine D actuelle :

Les spécialistes de la santé nous disent 80% de la population est carencée en vitamine D. L’alimentation et la lumière du soleil ne seraient plus suffisantes. Il est donc recommandé de se supplémenter à hauteur de 600 à 1000 unités internationales / jours.

Ce qui correspond a 20-30 microgrammes de vitamine D3 conseillés surtout pour les enfants et personnes âgées.

On nous dit alors, la carence commence lorsque le taux de vitamine D3 (inactive) descend entre 30 et 45ng/ml de sang. Il est mis en avant également que l’alimentation et la lumière du jour (en hiver sous nos latitudes) ne suffisent plus à combler nos besoins.

Des études diverses que vous retrouverez facilement, tendent à mettre en avant les bienfaits divers et pour tous de cette vitamine D3, sous sa forme active. Elle protégerait entre autres et en vrac : cancer, diabète (1 et 2), maladies cardiovasculaires et neurologiques, psoriasis, infections, scléroses en plaques, asthme, hypertension, hypothyroïdie (hashimoto), spondylarthrite,etc…

Attention, elle n’est surement pas la cause et le fait de se supplémenter n’arrêtera pas ces symptômes de maladies aux origines diverses..

Vitamine D c’est quoi ? D2 ou D3 ?

La vitamine D3 ( cholécalciférol) est environ 87% plus efficace pour augmenter la concentration sanguine en 25(OH)D et produit 2 à 3 fois plus de vitamine D stockée, que la vitamine D2.

La vitamine D est une hormone stéroidienne qui ciblerait plus de 200gènes sur une variété de tissus du corps humain. Ce qui signifie, qu’il y a autant de mécanismes d’action que de gènes qu’il cible.

Nous pouvons la synthétiser principalement grâce à l’alimentation et la lumière du soleil.

Elle active en particulier la sérotonine bien connu pour éviter les déprimes saisonnières. La vitamine D est inactive lorsqu’elle travers la peau (lumière du soleil) ou est alimentation. Pour s’activer elle doit suivre un chemin spécifique, comprenez le rôle du foie, essentiel à sa transformation et stockage. Les reins permettent ensuite d’activer cette molécule. Ainsi nous sommes a même de fixer la vitamine D.

Il faut bien comprendre, que nous ne sommes pas tous égaux face à ce processus, ainsi se supplémenter demande une investigation préalable. Suis-je en carence ? et mon organisme est-il à même d’effectuer cette transformation forcée ?

Synthétique ou naturelle ?

Prendre un supplément de vitamines, n’est pas sans conséquences pour l’organisme. Cette vitamine D, ne travaille pas seule. Elle est en liens avec d’autres nutriments tout aussi essentiels à l’organisme :

  • vitamine A
  • Les acides gras ( anciennement F)
  • le magnésium
  • le fer
  • la vitamine K2
  • le calicum
  • le zin
  • le bore

De façon logique, toutes insuffisances en l’un ou plusieurs de ces nutriments va venir perturber le fonctionnement de la vitamine D et sera moins performante.

Même en prenant des suppléments, si l’alimentation ne couvre pas les besoins essentiels, le corps va s’épuiser à effectuer des transformations mais aussi la carence ne sera pas comblée efficacement.

Le corps fonctionne dans un équilibre complexe, on sait aussi que ce qui peut perturber la fixation de cette vitamine serait :

  • la caféine à +300mg / jour (supérieur à 3 tasses)
  • Stress
  • certains médicaments
  • Hormones de synthèses et suppléments tyroidiens

Il est relevé sur différentes études trouvées en ligne, (IOM, institut of médecine) que les bénéfices des recommandations de supplémentation actuelle tel que la connaît en France, ne fonctionne pas et peuvent se révéler sources de déséquilibres potentiels. En effet, il en ressort que, prendre régulièrement à petites doses un supplément de vitamine D3 (autour de 5000UI par jour) serait plus bénéfique qu’une surdose 1 à 2 fois par an. Il faut savoir que la transformation de la forme inactive de la vitamine D en forme active, est possible grâce au magnésium. Ainsi en supplémentant une personne qui n’est pas en carence ou un surdosage annuel fort, provoque une baisse rapide des niveaux de magnésium et une accélération de l’élimination de celui-ci, donc une carence supplémentaire.

Si la carence en vitamine D est réelle, on se pose la question de la formule adéquat, synthétique ou naturelle. Beaucoup de scientifiques suspectent la nocivité des vitamines de synthèse. les données actuelles ont montrés qu’il n’y pas de bénéfices à se supplémenter en vitamines synthétiques (comme le fait un grand nombres de personnes aux États-Unis par exemple ). Supplémenter des personnes qui ont déjà un bon dosage de vitamine D est une erreur. Ces personnes ne bénéficieront pas d’une meilleure santé, elle ne seront pas protégés non plus contre divers problèmes de santé ! Il semble beaucoup plus efficace de cibler la cause de cette carence si elle existe, et tâcher d’y remédier pour éviter qu’elle se reproduise. Une bonne hygiène de vie et une alimentation équilibrée, suffise à combler les besoins de l’être humain ! Dans une carence forte il est important de supplémenter rapidement et celà demande un réel suivi médical. La population actuelle est en carence d’après ce que l’on nous dit, mais vous l’êtes-vous vraiment, avez-vous été sondé ou diagnostiqué récemment ? personnellement non.

Où trouve t’on la vitamine D ?

La principale source (90%!) de vitamine D est bien entendu, le soleil, au plus fort, quand les UV-B nous atteignent, une exposition de 5 à 10min du corps (bras, jambes) apporte 3000 UI de vitamine D3.

L’alimentation (10%) :

Elle joue comme souvent, un rôle principale dans l’absorption de la vitamine D3 et d2( présente aussi dans certain légumes verts et champignons).

On en retrouve grâce aux aliments contenant des acides gras essentiels (le saumon sauvage, sardine, maquereaux, thon, certain lait, jaune d’œuf, abat, beurre …).

Hygiène de vie, sans hormones de synthèses !

La théorie est simple mais la pratique l’est aussi !

La vitamine D est toujours moins présente en hiver (sous nos latitudes), c’est logique, nos modes de vie ne sont probablement pas adaptés a nos besoins physiologiques. Loin d’être originale, comprenons simplement que les saisons ont un impact sur notre organismes. Positif comme négatif, tous dépend ce que l’on veut y voir. Le soleil est moins présent et son rayonnement moins fort, notre alimentation est souvent pauvres en nutriments et transformée ou mal équilibrée. Nous subissons un stress réguliers et une pression sociale plus ou moins forte.. et bons nombres d’autres facteurs usant ! que faire.. écouter son rythme, ses besoins et ses envies, anticiper les choses.

Partir en vacance en hiver, au soleil par exemple..exposez-vous dès que possible. Notre corps à besoin de repos durant cette période, reposez la machine. Il nous demande également une alimentation différentes. Pour résister au froid et aux agressions, pensez aux poissons riches en graisses mais à sélectionner sa provenance et sa composition la moins pire possible. Privilégiez votre bien-être n’est pas un luxe ! Avant de prendre des compléments divers il est bons de vérifier clairement si la carence est réelle… une recommandation de prendre une vitamine ne peut pas correspondre à tous les profils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *